Imagine Angers – Pari réussi pour la capitale de l’Anjou

Sur le modèle de ” Réinventer Paris “, l’appel à projets innovants ” Imagine Angers ” lancé en janvier 2017 doit permettre de réaménager six sites stratégiques de la cité angevine avec des constructions architecturales à l’identité forte. 25 projets étaient encore en lice avant l’annonce des résultats, le 14 mars.

Les noms des six équipes lauréates de l’appel à projets « Imagine Angers », lancé en janvier 2017, ont été dévoilés le 14 mars lors d’une cérémonie organisée au MIPIM de Cannes et présentée par Christophe Béchu,

Christophe Béchu, maire d’Angers, au Mipim de Cannes lors de l’annonce des lauréats de l’appel à projet Imagine Angers.©AM

le maire de la cité angevine. L’un des projets les plus emblématiques, à la fois par son architecture et son concept, est sans nul doute celui du Musée des collectionneurs qui va être édifié sur le site du Front de Maine, le plus vaste de ceux soumis au concours avec 26 220 m² de surface de plancher. Pour ce programme porté par La Compagnie de Phaslbourg (mandataire), les architectes Steven Holl et Franklin Azzi ont imaginé un édifice aux formes géométriques simples et épurées, avec de larges tours en forme de triangles inversés, aux lignes courbes, comme un écho à celles du château des Ducs d’Anjou, situé sur la rive opposée de la Maine. Le miroir d’eau qui les entoure constitue lui un rappel à l’histoire du site, anciennement occupé par des plaines inondables.

Le Musée des collectionneurs est porté par La Compagnie de Phaslbourg, les architectes Steven Holl et Franklin Azzi.©STEVEN HOLL – FRANKLIN AZZI ARCHITECTURE – PAUL ARENE / XO3D pour COMPAGNIE DE PHALSBOURG

Le musée, qui accueillera des collections privées, sera relié par le Parvis des Arts à un bâtiment dont la façade a été inspirée par la tapisserie de l’Apocalypse, visible dans le Château d’Angers. Il accueillera un hôtel 4 étoiles, un ensemble de 145 logements avec services, des ateliers pour des artistes, un café coworking, une salle de sports et de fitness et des commerces.

Image de modernité

Dans un style complètement différent, à la fois par sa taille (2 400 m² de surface de plancher) et ses usages, le projet retenu pour le site Jean Moulin, situé au nord-est de la ville dans le périmètre de la zone d’aménagement concerté (ZAC) des Capucins, est celui porté par Procivis et imaginé par les architectes Bauchet et De La Bouvrie. Ces derniers ont proposé de bâtir un bâtiment en terre crue, « un procédé de construction encore jamais utilisé dans la ville », a souligné Christophe Béchu. Cet immeuble de 13 logements en habitat participatif viendra marquer l’entrée de la ZAC, tandis que le recours à la terre crue, outre ses qualités écologiques, offrira la possibilité d’associer les futurs habitants à la construction.

Sur le site Jean Moulin, les architectes Bauchet et De La Bouvrie ont conçu pour Procivis un bâtiment en terre crue. ©AIRSTUDIO

L’ensemble sera complété par 17 maisons de ville groupées et des jardins partagés, dont un potager. Également inscrit dans le périmètre de la ZAC des Capucins, le site de La Proue (SDP de 8 705 m²) accueillera la Tour TIP (Tour de l’innovation pour la Proue), l’objectif étant de conforter l’image de modernité de cette zone dominant la Maine, marquée notamment par la présence de deux bâtiments à l’architecture contemporaine, ceux du lycée Jean-Moulin et de l’école d’ingénieurs ESEO, qui constituent des repères emblématiques à l’arrivée est d’Angers par l’autoroute A11.

Association entre l’architecture et le végétal

Le projet proposé par l’équipe composée d’ATAO Promotion, la société d’investissement immobilier Open Partners et l’agence d’architectes Rolland & Associés, se veut « architecturalement fort, ambitieux », selon les mots de Laurent Strichard, gérant Open Partners, qui veut faire du site de la Proue « un lieu où s’exprime toute la jeunesse angevine ».

La Tour TIP est proposée par ATAO Promotion, Open Partners et l’agence d’architectes Rolland & Associés.©Agence Rolland & Associés

La façade de la tour sera habillée d’une structure formant un maillage d’où s’échapperont des éléments de végétation. Avec deux autres immeubles adjacents, l’ensemble accueillera une résidence jeunes actifs de 178 logements, 40 logements en colocation (loft ou atelier d’artistes), un restaurant, un bar, un FabLab et un espace de co-working (avec atelier de création et de prototypage).

Pour le site Montaigne, à deux pas du cœur de ville et du futur centre de congrès rénové́, le projet lauréat, Climax, que l’on doit au groupe de promoteurs Lamotte et aux architectes de Tetrarc, repose sur une association forte entre l’architecture et le végétal. Une ferme urbaine suspendue sera ainsi construite au 4e étage d’un bâtiment dont la façade sera extrêmement végétalisée, tandis que des jardins partagés avec des cultures maraichères seront aménagés sur le côté sud du site.

Climax, que l’on doit à Lamotte et aux architectes de Tetrarc, repose sur une association forte entre l’architecture et le végétal. ©TETRARC

L’opération mise également sur l’intergénérationnel avec 81 logements en résidence seniors et 47 logements en accession libre et locatif social. Enfin, quatre commerces installés au rez-de-chaussée complèteront cet ensemble situé le long de la future ligne B du tramway.

Façade en bois

Comme son nom l’indique, la place donnée à l’élément végétal sera également très marquée dans le programme « Arborescence », choisi par le jury pour l’aménagement du site Gambetta, dans le centre-ville historique d’Angers. Sur cet îlot libre de toute construction bordé par la rivière et desservi par le tramway, qui constitue une entrée de ville stratégique depuis la voie des berges, l’équipe formée de Vinci Immobilier et des architectes WY-To et Crespy & Aumont a prévu, sur une SDP globale de 7 378 m², de construire une résidence services seniors de 90 logements, 15 logements de standing, des bureaux – dont des espaces de co-working -, une crèche privée et des services mutualisés (restaurant, salle commune, piscine, cardio).

” Arborescence ” porté par Vinci Immobilier et des architectes WY-To et Crespy & Aumont évoque un arbre en prise avec le vent.©Tanguy Aumont Air Studio

Le parti-pris architectural est celui d’une structure aux formes tout en rondeur évoquant un arbre en prise avec le vent, avec une façade constituée de bois et encerclée de terrasses formant d’immenses jardinières où la végétation est omniprésente.

Un « bâtiment-paysage »

On termine avec un autre projet architectural d’envergure, celui du site du Quai Saint-Serge, dans une zone en cours d’aménagement qui va subir une profonde « Métamorphose », nom du projet lauréat porté par le Groupe Giboire (mandataire) et Hamonic + Masson & associés (architectes). Sur une SDP globale de 24 900 m², l’immeuble Métamorphose propose une architecture tout en courbes et gradations. Comme le détaille le dossier d’Hamonic + Masson & associés, l’ambition a été de proposer un « bâtiment-paysage », dont l’architecture tente « d’effacer les limites entre la ville et l’intérieur pour créer une véritable pièce urbaine en lien avec le quartier, les quais, l’espace public et la patinoire ».

Avec ” Métamorphose “, Groupe Giboire (mandataire) et Hamonic + Masson & associés ont imaginé un ” bâtiment-paysage ” pour le site du Quai Saint-Serge.©HAMONIC + MASSON & associÈs / Groupe GIBOIRE

L’ensemble est ainsi très ouvert, avec de vastes terrasses, des salles de réunion en suspension, des espaces transparents et lumineux ainsi qu’une halle traversante. Métamorphose mise par ailleurs sur une mixité programmatique avec des bureaux, un établissement d’enseignement supérieur, des logements et, sur le tout le rez-de-chaussée de l’ilot, une offre d’équipements sportifs (salle d’escalade, de musculation, hammam, un centre de fitness…) et de services (micro-crèche, tiers-lieu, espaces événementiels…). Plus inattendu, on y trouvera également une serre tropicale.

Sur le même sujet

Haut