Deepki met la data au service de la gestion immobilière

A partir du dossier numérique des bâtiments, la PME parisienne digitalise intégralement la gestion des patrimoines immobiliers en vue de son optimisation. L’agrégation et l’analyse des données permet de détecter et d’évaluer les économies de charges et d’énergies potentielles.

Créé en 2014 par Vincent Bryant, issu du monde de l’énergie (Engie), et Emmanuel Blanchet, ancien professionnel du bâtiment (Bouygues construction), Deepki est né d’un triple constat. Premièrement, « les cadres de l’immobilier consacrent 30 % de leurs temps à rechercher des informations sur les bâtiments dont ils ont la charge », indique Clémence Michel, responsable marketing et communication de Deepki, car les informations sont dispersées chez les différents acteurs.

Ensuite, pour un même bâtiment, il existe jusqu’à 80 sources d’informations différentes (compteurs, objets connectés, factures, logiciels divers, etc.). Enfin, quand on pense digitalisation de l’immobilier, on pense immédiatement au BIM. « Le BIM est un outil puissant mais encore extrêmement cher, et surtout statique. Cela explique qu’il ne s’applique qu’aux bâtiments neufs et rénovés, qui représente chaque année moins de 5 % du parc immobilier français. » explique Clémence Michel.

150 sources de données collectées

Pour accélérer la transition digitale dans le secteur de l’immobilier, l’entreprise incubée par Paris&Co imagine donc un dispositif de collecte automatique de données à partir des factures, compteurs, contrats et autres logiciels concernant tant les charges, que la technique ou encore la gestion patrimoniale. En effet, « l’activité débutée sur le secteur de l’énergie s’est rapidement étendue à l’eau, la maintenance, le property management », souligne Clémence Michel. Au total, quelque 150 sources de données sont collectées automatiquement et agrégées dans le dossier numérique du bâtiment.

Les logiciels de Deepki contribuent à « l’optimisation financière de la gestion immobilière », via notamment des alertes sur les consommations d’énergie. ©Deepki

Tout l’intérêt est de disposer d’une « vision claire » de son patrimoine immobilier « afin de pouvoir déterminer les optimisations potentielles aussi bien sur les charges, sur la gestion technique ou énergétique », explique Clémence Michel. Par exemple, si un plan d’économie d’énergie est engagé sur un grand patrimoine immobilier, Deepki analysera les données afin de déterminer où se trouvent les économies d’énergie les plus rentables et établira un plan d’actions concret pour les mettre en œuvre.

2e levée de fonds

La démarche qui « assure une optimisation financière de la gestion immobilière », a déjà séduit de nombreux acteurs d’horizon très divers. Deepki revendique 120 clients de l’immobilier (Icade), du secteur bancaire (Société générale), du retail (Picard, Kiloutou), mais aussi des acteurs publics (mairie de Paris) et des grands groupes (JCDecaux, Orange, etc.). L’international fait également partie des axes de développement de Deepki qui s’est implantée en Italie fin 2017 par l’intermédiaire d’un de ses clients et devrait s’établir en Espagne cette année. Pour accompagner sa croissance soutenue, la PME qui a déjà réalisé une première levée de fonds de 2,5 millions d’euros en 2016, en prévoit une seconde fin 2018, début 2019.

Sur le même sujet

Haut